Tracer une voie vers la réconciliation dans la region de la capitale nationale: tracer une voie vers la réconciliation - Zibi

Tracer une voie vers la réconciliation dans la region de la capitale nationale: tracer une voie vers la réconciliation

Le 30 septembre, le Canada célébrera la toute première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation.

Dans cette série de blogues, nous examinerons comment Zibi tient à être un modèle en matière de réconciliation dans la région, notamment en collaborant avec des partenaires algonquins anishinàbe afin de surmonter les barrières systémiques dans l’industrie de la construction de l’est de l’Ontario et l’ouest du Québec qui peuvent nuire à la réconciliation avec les entreprises et les travailleurs algonquins anishinàbe. En étant un exemple d’engagement significatif, en appuyant les partenaires algonquins anishinàbe à faire tomber les barrières systémiques et en créant des possibilités d’emploi, de renforcement des capacités et de représentation culturelle, Zibi a créé un modèle que d’autres promoteurs peuvent suivre pour entamer le processus de réconciliation dans notre région.

Josée Bourgeois photographiée par PJ Leroux @HighRezPhoto

 


Tracer une voie vers la réconciliation : le secteur privé peut y contribuer

Alors que tout l’ouest du Québec et l’est de l’Ontario sont situés sur un territoire non cédé et non transféré des Algonquins Anishinàbe, très peu de projets de cette région ont inclus les Algonquins Anishinàbe de manière significative. Jusqu’à récemment, le secteur privé ne consultait même pas ces communautés au sujet des projets menés sur leur territoire. Les promoteurs n’auraient pas envisagé d’embaucher des entreprises ou des travailleurs algonquins.

Selon l’article 3 de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (DNUDPA), les peuples autochtones ont droit à l’autodétermination, ce qui signifie qu’ils « déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel ». Pour assurer librement leur développement économique, les peuples autochtones doivent bénéficier des mêmes droits et possibilités que leurs concitoyens canadiens.

« Il n’existe pas de formule prête pour la réconciliation. L’important n’est pas de savoir quelle est la bonne ou la mauvaise façon de faire; l’important est d’essayer », a déclaré Christina Ruddy, une éducatrice algonquine passionnée par la réconciliation, qui offre des services de consultation à Zibi.

Et c’est exactement ce que font des entreprises comme Decontie Construction de Kitigan Zibi et les promoteurs de Zibi.

« Notre partenariat avec Zibi à lui seul a permis de faire connaître notre entreprise et de sensibiliser les gens aux réalités et aux obstacles que les travailleurs algonquins anishinàbe doivent surmonter », a déclaré Wanda Thusky, directrice générale de Decontie Construction.

Des supports à vélos représentant une famille dmakwa à la place Wasà Zibi, conçus par l’artiste algonquin Karl Chevrier de la Long Point First Nation.

« Nous avons disposé d’une plateforme pour expliquer notre réalité, notamment au moyen de discussions de groupe, de réunions de partenaires et de conférences de presse. Cette communication nous a permis de mettre davantage en lumière les questions persistantes et d’encourager l’industrie de la construction d’Ottawa-Gatineau à se tourner vers notre nation, nos dirigeants et notre main-d’œuvre pour assurer l’inclusion de notre peuple aux projets, tout comme Jeff Westeinde et Zibi l’ont fait. »

Wanda explique que son entreprise a réussi à recruter, former et employer des travailleurs algonquins anishinàbe pour divers contrats dans la région et qu’elle continue à le faire au moyen de partenariats avec le secteur privé.

Yancey Thusky, Decontie Construction Inc., sur le site de Zibi en 2017.

Cependant, la réconciliation ne doit pas reposer uniquement sur les efforts des entreprises autochtones.

Voici quelques mesures que les promoteurs et le secteur de la construction peuvent adopter pour appuyer la DNUDPA et les efforts de réconciliation dans cette région du Canada :

  • Renforcer les capacités – Offrir aux entreprises, aux ouvriers et aux employés autochtones la possibilité de découvrir de nouveaux rôles ou d’acquérir de nouvelles compétences dans le cadre de leur travail. Il s’agit notamment de concevoir et de mettre en œuvre un processus de passation de marchés qui accorde la priorité aux peuples autochtones.
  • Favoriser les occasions d’apprentissage – Créer des partenariats avec les établissements locaux afin de mettre en place des programmes distincts et d’offrir des occasions de formation sur les réserves et à l’extérieur de celles-ci aux jeunes autochtones qui souhaitent apprendre les métiers de la construction et de la restauration.
  • Embaucher des entreprises et des travailleurs algonquins – Avant d’entreprendre un nouveau projet sur le territoire algonquin, il convient de chercher sciemment des partenaires et des travailleurs algonquins pour le projet. L’équipe du projet Sentier vers le renforcement de la main-d’œuvre algonquine anishinàbe (SRMAA) peut fournir des renseignements supplémentaires sur ce sujet.
  • Mobiliser et consulter efficacement la communauté autochtone – Aujourd’hui, il est de rigueur de consulter les Algonquins Anishinàbe à propos de tous les projets dans la région de la capitale nationale. Bien qu’il s’agisse de la norme à respecter, il convient de trouver des moyens de dialoguer avec les communautés d’une manière qui soit pertinente pour elles. Par exemple, si votre consultation porte sur un nouveau parc, pourquoi ne pas envisager de créer un parc jumeau dans la communauté autochtone? Il faut être conscient qu’un plan de consultation ne repose pas sur un modèle unique pour toutes les communautés, et qu’il faut faire preuve d’ouverture et d’adaptabilité.

Image de la nouvelle bibliothèque publique d’Ottawa, Adisoke, dont l’ouverture est prévue à la fin de 2024.

Il ne suffit plus maintenant d’envoyer une lettre ou un questionnaire rapide pour demander un avis sur des projets. Le moment est venu pour le secteur privé de se montrer novateur et de concevoir des projets qui offrent des possibilités et des avantages tangibles aux jeunes et aux autres membres des communautés algonquines anishinàbe. Nous pouvons tous contribuer à guider les efforts de réconciliation.

 

S’inscrire

  • Nom - Prénom / Nom de famille

    Coordonnées - Courriel / Téléphone

    Lieu et langue - Province / Langue

    Intérêts - Catégories V/A

    Calculateur
    d’hypothèque

    $000,000
    $000,000

    Estimated Monthly Amount:

    Remove
    Close